Histoire personnelle de la Gravity Light
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Il y a de cela plusieurs années, j’ai imaginé un horloge comtoise, celle que l’on remonte avec des poids, qui permettait non pas de faire tourner des aiguilles, mais de faire tourner un moteur alimentant une ou des LED.
La Lampe à Gravité (ou Gravity light) était né.
Dans mon idée, elle devrait être facile à monter pour être diffuser dans les pays manquant d’énergie (Inde, Afrique, etc.).

J’en avais parlé à l’époque à plusieurs personnes dont les compétences m’avait permis de comprendre certes la faisabilité, mais surtout le non-sens d’avoir un « truc » qui éclaire pendant moins de 10mn et qui soit gros comme une armoire.
J’avais en tête cette image on l’ont voit le premier ordinateur gros comme une voiture et à peine capable de faire une addition, et j’ai tout de même essayé de me rapprocher de personnes ayant les compétences pour la réaliser. Mais à chaque fois, je me suis heurté à un : « Laisse tomber, ça n’est pas viable ». C’est décourageant !

J’ai donc laissé passé la paternité de la « Gravity Light » que j’avais en tête depuis toutes ces années d’abord par manque de compétences pour créer le prototype, mais aussi par manque de moyen pour déposer un brevet.

Le temps a passé et il y a quelques mois, des ingénieurs l’ont produit.
Je vous avoue que ça fait pester, mais c’est comme ça.
Ce qui m’embête le plus dans leur développement c’est d’avoir moulé le résultat, de l’avoir enfermé rendant impossible une fabrication plus « personnelle » (c’est pourtant développé dans leur idée comme dans la mienne pour aider les pays en voie de développement).

Heureusement, d’autres personnes ont perçu le manque de souplesse du produit manufacturé et l’ont développé de façon plus « reproductible ».

Longue vie à la Gravity Light, longue vie au hacking :)

NB : on me dira sans doute qu’il est facile de s’octroyer une invention après coup, mais je vous assure que cette histoire est vraie. Cela dit, je reste conscient que pendant que je griffonnais sur mes petits bouts de papiers, ailleurs dans le monde, d’autres équipes d’ingénieurs travaillaient déjà sur ce type de projet.
Ne dit-on pas que lorsqu’une idée est prêt à sortir, elle sort… avec ou sans vous !


  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *